• <flag_en> Go to English text <flag_fr> Lire l'article en Français

    <flag_en> English version <flag_en>

    <IMG: Infestation advertising>

     

    Publisher.

     

        Infestation... How can we start the discussion? And you now what? I thought that this advert would catch me one hour to write the article. What a charming naivety...

    Come on! Ladies, Gentlemen! Have a close look at the editor's name, at the bottom of the text... Yes! We will now tackle our first game from the Psygnosis company. Psygnosis. Repeat again after me. Psygnosis. Well, I know, it's always a bit sleazy to be overly enthusiastic when a touch of critical spirit and detachment can bring a healthy dialectic to the discussion.

    But saying this name is one of the main motivations of this blog is an understatement. This publisher is known and famous for the quality of its games and the extreme care given to the packaging, beginning of course by the illustrations. All assets are there to produce memorable adverts. Is it the case here? This is what we will try to discover together, even if the mystery is somewhat well-known.

     

    Layout.

     

        Compared to the previous works discussed here, something is as plain as the nose on your face: each piece of data is distributed in well separated and cut areas, different from each other, generating a very clear set.

    The features include: black background, each frame surrounded by a thin red line with a significant space between them, one frame for the illustration, one for the narrative text, another to announce the company (name and address), one frame for the Psygnosis logo, and several others dispatched in columns to shoow in-game screenshots. Their postions are also fixed: illustration at the top left, the text below, logo and company at the bottom right, and screenshots at the top right.

    This layout, immutable, is in fact a trademark of this editor and we will prove it with the other games to come.

     

        What is the purpose of such layout repetition, every time? Clarity of the story -already noted-, nothing to hide the picture, everything in its place without ambiguity, allowing readers to immediately know where to put the light to find what he seeks, and then the most important point: advert immediately associated with Psygnosis, whatever the game and the illustration are, the whole reinforced by the always identical and powerful logo.

     

    <IMG: Infestation screenshot>

    Amiga (ingame)


    Transitivity.

     

        Why is it so important to try to force such immediate identification? Because the publisher has built an enviable reputation of quality! Take the average score of their games and you will understand what I mean.

    This oft-repeated quality allows to get the following association, in the readers' mind:

      Advert of game X -> specific layout -> Psygnosis game -> quality game

    which is unconsciously translated, game after game, into:

      Advert of game X -> Psygnosis game -> quality game  

    then:

      Advert of game X -> quality game

     

    Summary:

      if advert of game X uses the specific layout,

      and this specific layout is the Psygnosis one,

      and Psygnosis has a reputation of quality,

      then advert of game X means a quality game.

     

    The result is the strong need to maintain the two pillars of this unconscious transitivity:

       recognizable layout

       and reputation of quality.

    What a lovely principle of unconscious and devilishly effective transitivity, to be used by a marketing department.

    But wait... Can we blame Psygnosis to use again and again such trick? Not at all! And precisely because this quick association is completely justified for many of their games, even if some exceptions have existed in the past. Anyway this message could not work if the basic concept -quality- is not a reality.

     

    <IMG: Infestation amiga intro>

    Amiga (intro)

    Graphical impact.

     

        Finally, remember that the founders of Psygnosis have always advocated a simple belief: the graphical quality first!

    Such a belief forces you to promote this need of a special visual message, screenshots and immutable logo, all embedded into each advert, adverts themselves inserted into as much as possible video games magazines.

    A positive consequence is that the screenshots are always displayed, representative of the game itself and beautiful.

    Beautiful and honest. A welcome -and too rare- feeling of a win-win relationship between buyers and a publisher.

    Another consequence is the need of an external team of experienced and regular illustrators, hired to magnify many productions. Tim White, Infestation's illustrator, is one of them.

        You still doubt about this will? What a pity to see someone with a so little faith! Read again one of the first leitmotiv concluding Psygnosis adverts:

       "Seeing is believing"

    Everything is summed up by these three words.

     

    Origin.

     

    Where were we? Ah yes! Infestation...

    Let us concentrate on the illustration itself.


        This is a work originally done for the cover of a book from Terry Pratchett, "Dark Side of The Sun" (The New English Library paperback editions). To know this origin is not only useful for showing off in society -note that if such information allows you to show off, do not avoid this small pleasure as it should be rare- but also because it may explain why this drawing presents an insect-robot. As a matter of fact, the first edition of this book, using another illustration, is a sort of robot-bee on a flower, worthy forerunner for our insect.

     

    <IMG: Infestation book 1>

    Book cover (1st edition)

    <IMG: Infestation book>

    Book cover

     

    Subsequent editions do no more use it, to ensure a consistency with the "official" illustrator of Pratchett's books linked with the Discworld.

     

    Promise.

     

        So, we are here with a realistic Science-Fiction's illustration, with a huge number of details in the foreground, obscuring a totally blurred background and an effect of optical zoom, perhaps caused by some raindrops hanging on to the vegetation.

    This vegetation, represented by the leaf, could calm us down, if it was possible to forget the robotic look and the palette of cold colors (blue, green), two items creating a nearly frightening atmosphere.



       The insect is well centered and gives a perfect place for the title. A title full of promise.

    Oh! But, wait... Are we another time talking about Roger Deanoff (see the article on Chris Achilleos)? Sure! He is also credited here for this lettering. No comment... What? No comment? Sure we will comment! Let's comment! How can we not see the palette of colors, colors completly different from the one used with the illustration, from orange to dark red, and the top of the letters, ending as a bloody wound. Another promise. We had perhaps started with something soothing, to go through a frightening feeling, but it will ends with a promise of danger, violence, horror! The transition could be insidious. The atmosphere is in place.



    <IMG: Infestation title>

    Amiga (title)

     

    The semantics of the title is not the last to mean something. From the Latin Infestatio, devastation, the dictionary says "the action to infest", ie "ravaged by swarms, by hostile races". That's will take some doing!

    The frame describing the game indicates the need to "go to Alpha, to study the planet and to stop at all costs the threat of the Aliens". "Do not play this game alone... this could be the last one!"

    All the content of this explanatory frame from the advert therefore confirms  these feelings, but seems almost unnecessary in front of the tremendous evocative power of the title, of the illustration from Tim White and the lettering of Roger Dean. An undeniable success.

        In conclusion, let's admire the game box, front and back, very similar to the advert. Everything is there. It would have been a shame not to enjoy the work. A real pleasure!

     

    <IMG: Infestation cover>
    Game box cover (front)

    <IMG: Infestation cover back>

    Game box cover (back)


    Game: Infestation.
    Illustration: Tim Whiteoff ("Dark side of the sun").
    Lettering: Roger Deanoff.
    Publisher: Psygnosis.
    Platforms: Atari ST, Amiga, DOS, Fm-Towns.
    Date: 1990 (1994 for FM-Towns).
    Links: [HOL] [Lemon]

    _______________________________
    Related items:

     

    <flag_fr> Version Française <flag_fr>

    <IMG: Infestation advertising>

     

    Editeur.

     

        Infestation... Par où commencer? Et dire que je pensais que cette publicité allait me prendre une heure, pour rédiger l'article. Quelle naïveté touchante...

    Voyons! Messieurs, mesdames! Regardez plus attentivement le nom de l'éditeur, en bas du texte... Et oui, nous allons maintenant aborder notre premier jeu de la société Psygnosis. Psygnosis. On répète encore une fois avec moi. Psygnosis. Oui, bon, je sais, c’est toujours un peu malsain d’être exagérément enthousiaste, quand un brin d’esprit critique et de détachement peut apporter une dialectique salutaire à la discussion.

    Mais dire que ce nom est l'une des motivations principales de ce blog est un euphémisme. Cet éditeur est connu et reconnu pour la qualité de ses jeux et le soin extrême apporté au packaging, en passant bien évidemment par les illustrations. Tous les atouts sont donc réunis pour faire des publicités mémorables. Est-ce le cas ici? C'est ce que nous allons tenter de voir ensemble, même si le suspense est déjà quelque peu éventé.

     

    Mise en page.

     

        Par rapport aux précédents travaux abordés ici, un aspect saute immédiatement aux yeux: les différentes informations sont réparties dans des zones bien séparées, découpées, écartées les unes des autres, offrant ainsi un ensemble très clair.

    Notons les caractéristiques: fond noir, chaque cadre entouré d'un fin trait rouge avec un espace significatif entre eux, un cadre pour l'illustration, un pour le texte explicatif, un autre pour annoncer la société (nom et adresse), un cadre pour le logo Psygnosis, et plusieurs en colonne pour les captures d'écran en jeu. Leurs positions sont aussi fixées: illustration en haut à gauche, le texte en dessous, logo et société en bas à droite, et captures d'écran en haut à droite.

    Cette mise en page, immuable,  est en fait une marque de fabrique de cet éditeur et nous le prouverons avec les autres jeux à venir.

     

        Pourquoi répéter cette mise en page à chaque fois? Clarté de l'ensemble - déjà soulignée -, rien pour masquer l'illustration, chaque chose à sa place sans ambiguïté, ce qui permet aux lecteurs d'immédiatement savoir où porter le regard pour trouver ce qu'il cherche, et enfin le plus important: publicité immédiatement associée à Psygnosis, quelque soit le jeu et l'illustration, le tout renforcé par le logo toujours identique et percutant.

     

    <IMG: Infestation screenshot>

    Amiga (ingame)


    Transitivité.

     

        Pourquoi chercher cette identification immédiate? Parce que l’éditeur s'est forgé une réputation enviable de qualité! Faites la moyenne des notes obtenues pour leurs jeux et vous comprendrez ce dont je veux parler.

    Cette qualité répétée permet d'obtenir l'association suivante, dans l'esprit des lecteurs:

      publicité du jeu X -> mise en page spéciale -> jeu de Psygnosis -> jeu de qualité

    ce qui se traduit de manière inconsciente, au fils des jeux, par:

      publicité du jeu X -> jeu de Psygnosis -> jeu de qualité

    puis:

      publicité du jeu X -> jeu de qualité

     

    En résumé:

      si publicité du jeu X utilise la mise en page spéciale,

      et que la mise en page spéciale est caractéristique de Psygnosis,

      et que Psygnosis a une réputation de qualité,

      alors publicité du jeu X = jeu de qualité.

     

    D'ou la nécessité de maintenir les deux piliers de cette transitivité inconsciente:

      la mise en page reconnaissable,

      et la réputation de qualité.

    C'est beau le principe de transitivité inconsciente et diablement efficace pour un service marketing.

    Mais peut-on reprocher à Psygnosis d’abuser de ce stratagème? Oh que non! Justement parce que cette association rapide est totalement justifiée pour beaucoup de ses jeux, même si certains abus ont tout de même existé. De toute manière, ce message ne pourrait pas fonctionner si le concept fondamental, la qualité, était absent en réalité.

     

    <IMG: Infestation amiga intro>

    Amiga (intro)

    Graphique.

     

        Enfin, sachez que les fondateurs de Psygnosis ont toujours défendu un credo simple: la qualité graphique avant tout!

    Un tel credo ne peut qu'appuyer cette nécessité d'un message visuel identifiable, de captures d'écran et d'un logo immuable, le tout sur chaque publicité et une présence la plus abondante possible de celles-ci dans nombre de magazines de jeux vidéo de l'époque.

    Une conséquence positive est que les captures d'écran sont toujours présentes, représentatives du jeu lui-même et splendides.

    Beau et honnête. Un sentiment bienvenu, et trop rare, de relation gagnant-gagnant pour l'acheteur et l'éditeur.

    Une autre conséquence est la nécessité d'une équipe d'illustrateurs externes réguliers et chevronnés, embauchés pour magnifier beaucoup de productions. Tim Whiteoff, illustrateur d'Infestation, en fait partie.

     

        Vous doutez encore de cette volonté? Personnage de peu de foi! Relisez donc un des premiers slogans concluant les publicités de Psygnosis:

      "Seeing is believing"

    Tout est résumé par ces trois mots.

     

    Origine.

     

    Où en étions-nous? Ah oui! Infestation...

    Concentrons-nous sur l'illustration en elle-même.

     

        Il s'agit d'un travail réalisé originellement pour la couverture d'un livre de Terry Pratchett, "Dark Side of The Sun" (Les éditions New English Library paperback). Connaitre cette origine n'est pas seulement utile pour frimer en société - encore que si ce genre d'information vous permet de frimer, ne vous privez pas de ce petit plaisir, ca doit être rare - mais aussi parce qu'elle peut expliquer pourquoi ce dessin propose un insecte-robot. La première édition de ce livre, avec une autre illustration, présente en effet une sorte d'abeille-robot sur une fleur, digne précurseur de notre insecte.

     

    <IMG: Infestation book 1>

    Couverture de livre (1ère édition)

    <IMG: Infestation book>

    Couverture de livre

     

    Les éditions ultérieures ne l'utilisent plus pour une question de cohérence avec l'illustrateur attitré des livres de Pratchett tournant autour du discworld.

     

    Promesse.

     

        Nous voilà donc avec une illustration de Science-fiction, réaliste, très détaillée pour l'avant-plan, masquant un arrière-plan totalement flou avec un effet de loupe optique, peut-être dû à des gouttes d'eau accrochées à la végétation.

    Cette végétation, représentée par la feuille, pourrait être apaisante, si elle ne contrastait pas avec l'aspect robotisé et la palette de couleurs froides (bleu, vert), tendant plutôt vers l'angoissant.

     

        L'insecte est très bien centré et offre une place parfaite pour le titre. Un titre plein de promesses.

    Oh?! Mais, attendez... Nous revoilà à parler de Roger Deanoff (cf. l’article sur Chris Achilleos). Car c'est bien encore lui qui est crédité pour ce lettrage. Pas de commentaire... ou plutôt si! Commentons! Comment ne pas voir la palette de couleurs totalement différente de l'illustration, de l'orange vers le rouge sombre, et le haut des lettres se terminant comme une blessure sanglante. Encore une promesse. Mais si nous avions débuté par quelque chose d'apaisant, pour passer par l'angoissant, ca se termine en promesse de danger, violence, horreur! La transition pourrait être sournoise. Ca pose l'ambiance.

     

    <IMG: Infestation title>

    Amiga (titre)

     

    La sémantique du  titre n'est pas non plus en reste. Du latin Infestatio, dévastation, le dictionnaire indique "l'action d'infester", c'est à dire "ravager par des irruptions, par des courses hostiles". Tout un programme.

    Le cadre décrivant le jeu indique la nécessité de se "rendre sur Alpha, étudier cette planète et stopper coute que coute la menace des Aliens". "Mais ne jouez pas seul à ce jeu... cela pourrait être votre dernier!"

    Tout le contenu de ce cadre explicatif sur la publicité confirme donc ces impressions mais parait presque superflu tant la puissance d'évocation du titre, du dessin de Tim White et du lettrage de Roger Dean est énorme. Une indéniable réussite.

     

        Pour conclure, admirons la boite du jeu, avant et arrière, et les similarités flagrantes avec la publicité. Tout est là. Il aurait été dommage de ne pas profiter de tout ce travail. Un vrai bonheur!

     

    <IMG: Infestation cover>
    Boite du jeu (avant)

    <IMG: Infestation cover back>

    Boite du jeu (arrière)


    Jeu: Infestation.
    Illustration: Tim Whiteoff ("Dark side of the sun").
    Lettrage: Roger Deanoff.
    Editeur: Psygnosis.
    Plateformes: Atari ST, Amiga, DOS, Fm-Towns.
    Date: 1990 (1994 for FM-Towns).
    Liens: [HOL] [Lemon]

    _______________________________
    Articles associés:


    votre commentaire
  •  

    Chris Achilleos

    Flag: Cyprus

    Chris Achilleos: Games Covers
    Barbarian II Battler Master Bloodwych Temple of Terror
    Barbarian II Battle Master Bloodwych Temple of Terror

     

     

      <flag_en> Chris Achilleosoff, well-known artist, get into a large number of themes throughout his career, with a predominance for the Fantasy, and many media. Born in Cyprus in 1947, he settled in the UK (London) since 1959.

      <flag_fr> Chris Achilleosoff, artiste réputé, s'est illustré dans un grand nombre de thématiques tout au long de sa carrière, avec une prédominance pour la Fantasy, et sur un grand nombre de média. Né en 1947 à Chypre, il s'est établi au Royaume-Uni (Londres) depuis 1959.


      <flag_en> His contributions in the world of video game focused on Medieval and Fantasy-Fantasy topics and remain a tiny minority of his vast production.
    But even if we speak about only four works, all of them are examples in the huge number of advertising and covers of all video games!

      <flag_fr> Ses contributions dans le monde du jeu vidéo se concentrent sur les domaines du Fantastique et du Médiéval-Fantastique et restent une toute petite minorité de sa vaste production.
    Mais même si l'on ne parle que de quatre travaux, tous sont des exemples au sein de la masse de publicités et couvertures de jeux vidéos!


    <flag_en> Let's go with me over Battle Master, Temple of Terror, Barbarian II and Bloodwych!

    <flag_fr> Faites donc avec moi une revue de détail sur Battle Master, Temple of Terror, Barbarian II et Bloodwych!



    <IMG: Battle Master> <IMG: Temple of Terror> <IMG: Barbarian II> <IMG: Bloodwych>
    Battle Master Temple of Terror Barbarian II Bloodwych




    <flag_en> For those who want to see more of the Chris' work, even if not related to video games, he has published some books during his career:
    <flag_fr> Pour ceux qui veulent voir d'autres travaux de Chris, pas forcément liés au jeux videos, il a publié quelques recueils d'illustrations tout au long de sa carrière:


    <IMG: book 1> "Amazona", Titan Books, 128 pages, 2004.
    "Medusa", Dragon's World Ltd, 144 pages, 1988 (Iconia Ltd, 2002). <IMG: book 2>
    <IMG: book 3> "Sirens", Dragon's World Ltd, 1986.
    "Beauty and the beast", Dragon's World Ltd, 1978. <IMG: book 4>



      <flag_en> Let's see a very interesting point about the first book: how can we miss the touch of Roger Deanoff in the lettering of the title? And if we speak about Roger Deanoff, we speak about an illustrator with a great talent, very close to the legendary video game publisher Psygnosis (we will talk extensively about this editor later, be patient). Is the circle now complete? I didn't find any evidence tabout it, but when searching a relationship between them, we can find something which seems eloquent enough: "In 1977 Chris was approached by Roger Dean, the founder of Dragon’s World Ltd and album cover artist. The result was Chris’s first published collection, Beauty and the Beast".

      <flag_fr> Notons un point très intéressant à propos du premier recueil: comment ne pas voir la patte de Roger Deanoff dans le lettrage du titre? Et qui dit Roger Deanoff, dit illustrateur d'un immense talent, très lié au mythique éditeur de jeux vidéos Psygnosis, dont nous reparleront abondamment plus tard. Une boucle est bouclée? Je n'ai pas trouvé de preuve à ce propos, mais en cherchant une relation entre les deux personnages, on découvre un indice qui semble suffisamment éloquent: "En 1977 Chris a été approché par Roger Dean, le fondateur de Dragon’s World Ltd et artiste de couverture d'albums. Le résultat a été le premier recueil publié de Chris, Beauty and the Beast".

    <IMG: book title>

    Roger Dean's lettering?

    _______________________________
    Related articles/Articles associés:


    votre commentaire
  • <flag_en> Go to English text <flag_fr> Lire l'article en français

     

    <flag_en> English version <flag_en>

    <IMG: Battlemaster advertising en 1>

     

    <IMG: Battlemaster advertising en 2>

     

    <IMG: Battlemaster advertising en>

     

      <flag_en> As far as I know, this advertising concludes the set of video game covers, initiated with Bloodwych, illustrated by Chris Achilleosoff. This one has been specifically drawn for the game Battlemaster, with the same talent exhibited for the three others.

     

    Colors

      AAaaaaah colors... a wonderful palette of colors, right? Warm, with a gradation of yellow-orange-red colors, following the sunset, darker at the bottom.
    The red color is on the ground, referring to the blood spread during this battle.

     

    Title

      Aaaaaahh title... Surprisingly (at least for me), this is the masterpiece of this advertising. Sounds like an exaggeration, uh? And it is perhaps one, but ignoring the title is definitively not a possible option here!

    The font is highly design, but still perfectly readable. We can feel the rudness of it: spikes (spears), points (swords), sharp curves (horns of helmet). Everything is put in place to remind us the main elements of the drawing.
     Add a shared gradation of colors between the title and this fight, but inverted (red to yellow), used also inside the circle separating the two words, circle represented like a blaze (yellow fire to red sky), perfect to reinforce the feeling of violence and destruction of the main picture.
    Finally, the big black mask around, accentuates without any doubt this item, insisting on its importance.

      Interesting title... Especially if we compare the described characteristics and the story of the game, briefly explained in the framework below. One interpretation gradually emerges: this representation of the title of the game symbolizes the crown of the Battlemaster, future king of the 4 people. Need more arguments? Let's see ... A jewel in the middle (round), two points on each side, crooked lines at the edges to hold the crown in his hair, gold (yellow) and rubies (red) ... No doubt anymore!
    The crown is ours, after the future battles against the 4 people, battles and conquests to live throughout the game!

     

      Finally, note that the original design does not show this title, but it is difficult to imagine that it can be the work of an amateur nor an addition from the editor. This hypothesis is definitively confirmed by the text, almost invisible at the bottom of the advertising: "illustration and lettering by Chris Achilleos".

     

    Hero

      Now, lets have a brief look on the main character: a hero shining with power, a hand to stop a spear while breaking another one, the other hand to hold a sword, one foot leaning on a enemy shield, the face forward, crisp, a cry in the mouth, dark eyes, the helmet with the horns directed towards the enemy and a little crest in the wind... Epic! Scary! Charismatic...

     

    Layout

      But the beauty of the whole is not centered only on the work of the illustrator.
    As we must publish an advertising, we must also presents the game, if possible without distorting, altering the picture.
    And it is a success! The layout is effectively split into three parts: the illustration, an information framework, then four screenshots representing the game. The "textual" part is very effective: a high impact sentence as introduction, a prophecy and a  paragraph weel integrated with the the spirit of the game, followed by a short descriptive but quite "role-play" text. The whole box shows an appropriate usage of typographical elements: bold, capital letters, italic, quote, paragraph, center. A hih impact sentence concludes it, as a reminder of the introduction.

     

    Marketing

      Finally, the marketing data (company, address, platforms, artist ...) are cleverly discreet, almost invisible. If we need them, we can find them, but they don't catch your eye and therefore does not break the atmosphere created by the illustration.

     

    French advertising

     

    <IMG: Battlemaster advertising fr>

     

      We could easily stop here, but it turns out that the advertising, in its French version, still offers us some opportunities to write about it. No positive writing, unfortunately...

     

      The most disapointing part is the disappearance of half of the original illustration. However, it is also the most understandable: the English version have 2 pages, and using only one surely allows a substantial saving. Understandable, of course... but very frustrating! It lacks the arms of the hero with the sword, he is no more the center of the page and the text box is shifted on the left. This last point may appear as the result of an painful effort to hide as little as possible the drawing but... unfortunatly... we have just a very unpleasant and imbalanced result.

    Likewise, where is now the brilliant layout of the English text? Nothing centered, one line with just one word, a truncated word while the next line is only half full...

      Impossible to ignore also the marketing data in this version. As the main text box has been shifted, there is no longer any space below, to discreetly place it: the result is an unnecessary emphasis, using the yellow color, then white color, a bold font, overwritten on the hero himself! A beautiful mess, especially when you know the English version, which was fortunately not known from French readers.

     

      You thought there was nothing else to note? So do I. But, shame on me, I decided to read the French version of the text and compare it with the English one...
    Note that I am far from being a professional translator, nor even an expert of the Shakespeare's language.
    But how can we not see inaccurate, less stylish, less epic ("moment"), sometimes curious ("Battlesmaster est unique"), inventive or even false (why is there here a "lutin" (hobgoblin)? And where is the orc? and the elf) text.

      Let's go for a proposition of a personal translation, where a "lutin" (hobgoblin) is not a blood thirsty warrior :) and where 4 kings, 4 crowns correspond to 4 people. It's up to you!

     

    Original English text

    A TIME of MISERY, A TIME of BLOOD

    'A hero is coming from the south who will conquer the four kings of this
    sorely troubled land. And amidst the bloodshed and magic, the clash of shield
    and the glint of steel, the seeds of peace will be sown. When the battle is over
    a new age begin.'

    For as long as anyone can remember, orc, elf, man and dwarf have been locked in terrible combat; the land is a desolate wilderness reeking of death and decay, but the Watcher has prophesied that the Age of Conflict will end when the crowns of the four feuding kings are won and brought to the Tower.
    BATTLEMASTER takes the fantasy arcade adventure into a totally new dimension. Survive hair-raising encounters with ferocious monsters negotiate to build up your own personal army and become a master of the magic artifact.
    Featuring highly detailed maps, packed with puzzles, dragon and potions, and incorporating unique fighting strategies, BATTLEMASTER offers the ultimate challenge.

    War creates many heroes, but there is only one BATTLEMASTER.

     

    Original French text

    MOMENTS DE MISERE,
    MOMENTS DE DOULEUR...

    "Voici venir du Sud un héros qui est prêt à combattre les quatre rois de cette terre ravagée
    et déstabilisée par les conflits. Mais parmi les carnages et la magie, le choc des boucliers
    et la lueur de l'acier, on sèmera les graines de la paix. Quand la guerre sera finie,
    une ère nouvelle verra le jour..."

    Depuis la nuit des temps, le lutin, l'homme et le nain ont toujours été en guerre. La région, vaste éten-
    -due déserte et sauvage, est empestée par la mort et les ruines.
    Mais un philosophe a prédit que les combats prendront fin lorsque les couronnes des quatre rois se trouveront dans la Tour. BATTLE MASTER transporte l'aventure fantastique d'arcade dans des dimensions totalement nouvelles et incroyables.
    Survivez à la rencontre de monstres féroces, négociez pour créer votre propre armée et devenez Maître Magicien.
    Caractérisé par ses cartes géographiques très détaillées, rempli de mystères, dragons et potions, et incorporant des stratégies de combat uniques, BATTLE MASTER vous propose le tout dernier défi.

    La guerre est mère de nombreux héros, mais BATTLE MASTER est unique !

    Personal French translation

    UNE EPOQUE de SOUFFRANCE, UNE EPOQUE de SANG...

    'Un héros viendra du sud pour vaincre les quatre rois de cette
    terre cruellement agitée. Et au milieu de cette effusion de sang et de magie,
    du choc des boucliers et de l'éclat de l'acier,
    les graines de la paix seront semées.
    Quand la guerre sera terminée un nouvel age débutera...'

    D'aussi loin qu'il est possible de se rappeler, orc, elfe, homme et nain sont enfermés dans un terrible combat; le pays est une étendue sauvage et désolée, puant la mort et la pourriture, mais le Guetteur a prophétisé que l'Age des Conflits prendra fin quand les couronnes des quatre rois ennemis seront conquises et apportées à la Tour.
    BATTLEMASTER amène l'action et l'aventure fantastique dans une dimension totalement nouvelle. Survivez à d'effrayantes rencontres avec des monstres féroces, négociez pour former votre propre armée personnelle et devenir un maître de la magie.
    Proposant des cartes extrêmement détaillées, bourrés de mystères, de dragons et de potions, et intégrant des stratégies de combat uniques, BATTLEMASTER offre l'ultime défi.

    La guerre crée beaucoup de héros, mais il n'y a qu'un seul BATTLEMASTER.

    In-game screenshots

    <IMG: Battlemaster amiga intro>

    <IMG: Battlemaster megadrive intro>

    Amiga intro Megadrive intro

    <IMG: Battlemaster amiga ingame>

    <IMG: Battlemaster megadrive ingame>

    Amiga ingame Megadrive ingame

    The introduction screen of the amiga version is a good conversion of the illustration.

    The megadrive version does not include it but tries to keep the magic of the title, with a great success!

     

    Game box

     

    <IMG: Battlemaster box cover>

     

      The illustration of the game box shows the original drawing with a greater height.

      Finally, all versions (English advertising, French one, ingame, game box) remove the most left part of the original work, part which allowed to bring also the main villain in the center, opposing him to the hero. Consequently, The original work was focused, on the combat while derivative works choose to focus more on the hero himself, except for the French advertising. Such intention can be accidental or not, but it is at least a positive poin of the French version.

    Game: Battle Master.
    Publisher: Mirrosoft.
    Artwork: Chris Achilleosoff ("Berserker").
    Platforms: Amiga, Atari ST, DOS, Sega Megadrive.
    Date: 1990.
    Links: [HOL] [Lemon]

    _______________________________
    Related articles:

     

    <flag_fr> Version Française <flag_fr>

    <IMG: Battlemaster advertising en 1>

     

    <IMG: Battlemaster advertising en 2>

     

    <IMG: Battlemaster advertising en>

     

      <flag_fr> Cette publicité va conclure la série, initiée avec Bloodwych, des couvertures de jeux vidéos illustrés par Chris Achilleosoff. Celle-ci a été spécifiquement dessiné pour le jeu Battlemaster, avec le même talent démontré pour les autres.

     

    Les couleurs

      AAaaaaah les couleurs.... une superbe palette de couleurs, non? Chaude, un dégradé jaune-orange-rouge qui suit le soleil couchant, plus sombre vers le bas.
    Le rouge est au sol, évoquant le sang versé dans cette bataille.

     

    Le titre

      Aaaaaahh le titre... De façon surprenante (du moins pour moi), c'est la pièce maîtresse de cette publicité. Cela peut vaguement ressembler à une exagération et c'en est peut-être une, mais impossible d'ignorer ce titre!

    La police de caractères est très stylisée, tout en restant parfaitement lisible. L'impression qui s'en dégage est la dureté: des piques (les lances), des pointes (les épées), des courbes acérées (cornes du casque). Tout est fait pour rappeler les composantes du dessin.
    Ajoutez un dégradé de couleurs identiques à celui du dessin mais inversé (rouge vers  jaune), utilisé aussi pour le rond séparant les 2 mots, rond évoquant un brasier (feu jaune vers ciel rougeoyant), parfait pour renforcer l'ambiance de violence et de destruction de l'image principale.
    Enfin, le détourage noir, prononcé, faire ressortir sans équivoque cet élément pour en souligner l'importance.

     

      Intéressant, ce titre... Notamment si on rapproche toutes les caractéristiques décrites avec l'histoire du jeu, brièvement expliquée dans le cadre en dessous. Une interprétation s'impose petit à petit: cette représentation du titre du jeu symbolise la couronne du Battlemaster, futur roi des 4 peuples. Vous faut-il encore des arguments? Voyons... Un joyau central (le rond), deux pointes de chaque coté, des croches aux extrémités pour tenir la couronne dans les cheveux, de l'or (jaune) et des rubis (rouge)... Le doute n'est plus de mise!
    Cette couronne est à nous, au bout des batailles à venir contre les 4 peuples, batailles et conquêtes à vivre tout au long du jeu!

     

      Notez enfin que le dessin original n'intègre bien évidemment pas ce titre, mais il est difficilement soutenable qu'il puisse s'agir d'un travail d'amateur ou bien d'un rajout de l'éditeur. Hypothèse définitivement confortée par le texte, quasiment invisible, en bas de la publicité: "illustration et lettrage de Chris Achilleos".

     

    Le Héros

      Arrêtons-nous maintenant brièvement sur le personnage principal: un héros dégageant beaucoup de puissance, une main pour arrêter une lance tout en en brisant une autre, l'autre main pour tenir une épée, un pied en appui sur un bouclier ennemi, le visage en avant, crispé, un cri dans la bouche, les yeux sombres, le casque avec les cornes orientées vers l'ennemi et la houppette au vent... Epique! Effrayant! Charismatique...

     

    La mise ne page

      Mais toute la beauté de l'ensemble ne repose pas seulement sur le travail de l'illustrateur.
    Nous avons la une publicité et il faut bien présenter le jeu, si possible sans dénaturer le dessin.
    Et c'est une réussite! La mise en page se partage efficacement en trois parties: l'illustration, un cadre d'information, puis quatre captures d'écran représentatives du jeu. La partie "textuelle" est particulièrement travaillée: une phrase choc d'introduction, une prophétie et un paragraphe intégré à l'esprit du jeu, suivi d'un court texte descriptif, toutefois assez "role-play". L’ensemble reste lisible, avec un usage pertinent des éléments typographiques: gras, majuscule, italique, citation, paragraphe, centrage. Une phrase choc sert de conclusion, comme un rappel a celle d'introduction.

     

    Le marketing

      Finalement, le verbiage marketing (adresse, sociBattlemaster box coverté, plateformes, artiste...) se fait intelligemment discret, quasiment invisible. Si ces informations nous sont nécessaires, elles sont là, mais n'attirent en aucun cas l'oeil et ne rompt donc pas l'ambiance créée par l'illustration.

     

    La publicité française

     

    <IMG: Battlemaster advertising fr>

     

      D'ordinaire, on pourrait terminer ici, mais il se trouve que cette publicité, dans sa version française, nous offre encore matière à divaguer. Pas en bien, hélas...

     

      Le plus critiquable est la disparition d'une moitié de l'illustration originale. C'est néanmoins aussi le plus compréhensible: la version anglaise prends 2 pages, et se restreindre à une seule permet sûrement une économie substantielle. Compréhensible, certes... mais ô combien frustrant! Il manque par exemple le bras du héros portant l'épée, celui-ci est excentré, tout comme le cadre de texte. Ce dernier point peut apparaître comme le résultat d'un effort louable pour empiéter le moins possible sur le dessin mais hélas... 3 fois hélas... on n’obtient qu'un déséquilibre très désagréable à l'oeil.

    Dans le même genre, où est passée l’exemplaire mise en page anglaise du texte? Pas de centrage, un mot tout seul sur une ligne, un mot avec césure alors que la ligne suivante n'est qu'à moitié remplie...

     

      Personne ne peut non plus ignorer le verbiage marketing dans cette version. Le cadre du texte principal ayant été excentré, il ne permet plus d'insérer cette partie dessous, discrètement: le résultat est une inutile mise en exergue, utilisant le jaune, puis le blanc, en gras, dont une partie superposée sur le héros lui-même! Un beau gâchis, surtout quand on connaît la version anglaise, ce qui, à l'époque, n'était heureusement pas le cas pour les lecteurs français.

     

      Vous pensiez qu'il n'y avait plus rien à noter? Moi aussi. Mais, pour mon malheur, j'ai pris la peine de lire la traduction française du texte et à la comparer avec le texte anglais...
    Je précise que je suis très loin d'être un traducteur professionnel, ni même un expert de la langue de Shakespeare, loin de là.
    Mais comment ne pas noter le coté hasardeux, imprécis, moins stylé, moins épique (« moment »), parfois curieux (« Battlesmaster est unique »), inventif voir faux (d’où sort le lutin? et où est l'orc? et l'elfe?).

      Allons-y pour une proposition de traduction personnelle, où un lutin n'est pas un guerrier assoiffé de sang :) et où 4 rois, 4 couronnes correspondent à 4 peuples. A vous de choisir!

     

    Texte anglais original

    A TIME of MISERY, A TIME of BLOOD

    'A hero is coming from the south who will conquer the four kings of this
    sorely troubled land. And amidst the bloodshed and magic, the clash of shield
    and the glint of steel, the seeds of peace will be sown. When the battle is over
    a new age begin.'

    For as long as anyone can remember, orc, elf, man and dwarf have been locked in terrible combat; the land is a desolate wilderness reeking of death and decay, but the Watcher has prophesied that the Age of Conflict will end when the crowns of the four feuding kings are won and brought to the Tower.
    BATTLEMASTER takes the fantasy arcade adventure into a totally new dimension. Survive hair-raising encounters with ferocious monsters negotiate to build up your own personal army and become a master of the magic artifact.
    Featuring highly detailed maps, packed with puzzles, dragon and potions, and incorporating unique fighting strategies, BATTLEMASTER offers the ultimate challenge.

    War creates many heroes, but there is only one BATTLEMASTER.

     

    Texte français original

    MOMENTS DE MISERE,
    MOMENTS DE DOULEUR...

    "Voici venir du Sud un héros qui est prêt à combattre les quatre rois de cette terre ravagée
    et déstabilisée par les conflits. Mais parmi les carnages et la magie, le choc des boucliers
    et la lueur de l'acier, on sèmera les graines de la paix. Quand la guerre sera finie,
    une ère nouvelle verra le jour..."

    Depuis la nuit des temps, le lutin, l'homme et le nain ont toujours été en guerre. La région, vaste éten-
    -due déserte et sauvage, est empestée par la mort et les ruines.
    Mais un philosophe a prédit que les combats prendront fin lorsque les couronnes des quatre rois se trouveront dans la Tour. BATTLE MASTER transporte l'aventure fantastique d'arcade dans des dimensions totalement nouvelles et incroyables.
    Survivez à la rencontre de monstres féroces, négociez pour créer votre propre armée et devenez Maître Magicien.
    Caractérisé par ses cartes géographiques très détaillées, rempli de mystères, dragons et potions, et incorporant des stratégies de combat uniques, BATTLE MASTER vous propose le tout dernier défi.

    La guerre est mère de nombreux héros, mais BATTLE MASTER est unique !

    Texte français proposé

    UNE EPOQUE de SOUFFRANCE, UNE EPOQUE de SANG...

    'Un héros viendra du sud pour vaincre les quatre rois de cette
    terre cruellement agitée. Et au milieu de cette effusion de sang et de magie,
    du choc des boucliers et de l'éclat de l'acier,
    les graines de la paix seront semées.
    Quand la guerre sera terminée un nouvel age débutera...'

    D'aussi loin qu'il est possible de se rappeler, orc, elfe, homme et nain sont enfermés dans un terrible combat; le pays est une étendue sauvage et désolée, puant la mort et la pourriture, mais le Guetteur a prophétisé que l'Age des Conflits prendra fin quand les couronnes des quatre rois ennemis seront conquises et apportées à la Tour.
    BATTLEMASTER amène l'action et l'aventure fantastique dans une dimension totalement nouvelle. Survivez à d'effrayantes rencontres avec des monstres féroces, négociez pour former votre propre armée personnelle et devenir un maître de la magie.
    Proposant des cartes extrêmement détaillées, bourrés de mystères, de dragons et de potions, et intégrant des stratégies de combat uniques, BATTLEMASTER offre l'ultime défi.

    La guerre crée beaucoup de héros, mais il n'y a qu'un seul BATTLEMASTER.

    Captures d'ecran en jeu

    <IMG: Battlemaster amiga intro>

    <IMG: Battlemaster megadrive intro>

    Amiga intro Megadrive intro

    <IMG: Battlemaster amiga ingame>

    <IMG: Battlemaster megadrive ingame>

    Amiga ingame Megadrive ingame

    C'est une bonne conversion de l’illustration pour l'écran d'introduction de la version amiga.

    La version megadrive en fait l'impasse mais s'efforce de rendre le titre dans l'esprit de celui de la couverture et avec beaucoup de succès!

     

    Boite du jeu

     

    <IMG: Battlemaster box cover>

     

      L'illustration de la boite du jeu dévoile le dessin original sur une plus grande hauteur.

      Finalement, toutes les version (publicité anglaise, française, ingame, boite de jeu) éliminent la partie la plus à gauche de l'œuvre originale, partie qui permettait le recentrer le méchant principal, opposé au héros. L'original centre donc l'illustration sur le combat alors que les autres insistent plus sur le héros lui-même, sauf pour la publicité française. Que l'intention soit fortuite ou non, c'est enfin un point à son avantage.

    Jeu: Battle Master.
    Editeur: Mirrosoft.
    Illustration: Chris Achilleosoff ("Berserker").
    Plateformes: Amiga, Atari ST, DOS, Sega Megadrive.
    Date: 1990.
    Liens: [HOL] [Lemon]

    _______________________________
    Articles associés:


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires