•  

    Dermot Power

    Flag: Ireland

    Dermot Power: Games Covers

    Golden Axe

    Judge Dredd

    Lure of the Temptress

    Realms

    Golden Axe  Judge Dredd Lure of the Temptress Realms

    Sarakon

    Supremacy

    The Magnetic Scrolls Collection

    Wonderland

    Sarakon Supremacy / Overlord The Magnetic Scrolls Collection Wonderland

     

     


    votre commentaire
  • <IMG: Golden Axe advert 1p>

     

        La proposition du jour se concentre sur un jeu connu, reconnu, et archi-connu: "Golden Axe". Les multiples suites, compilations, rééditions et portages en ont fait un classique du jeu vidéo.



    Coupé à la hache!

        La publicité la plus fréquente, sur une page, présente les trois personnages principaux, hélas de manière pas très harmonieuse: la brute épaisse à la hache est coupée en deux et les captures d'écran cachent en partie la demoiselle. Les autres compléments (titre, texte explicatif, plateformes supportées) sont heureusement parfaitement intégrés.

     

        L'illustration en elle-même, objet principal de notre convoitise, utilise sans aucun doute les talents d'un artiste professionnel: puissance, violence, mouvement, détails, réalisme, attitude.
    Le "nain-à-la-hache" semble être réinterprété pour éviter, autant que faire se peut, trop de clichés (petit? vieux? barbe blanche?), même si ce n'est pas exactement la représentation en jeu.

        La volonté de produire un visuel mature, pour une audience mature, et habituée à voir de telles scènes un peu sombres. L'objectif n'est clairement pas de viser un public de console ni même japonais, plus porté sur le « kawaï »

     

        Une question peut titiller toutefois (ou pas): pourquoi les personnages semblent-ils se battre entre eux? N'est-ce pas un jeu coopératif avant tout? Laissons la réponse en suspens, après avoir parcouru un peu plus de matériel.


    Cette publicité n'est donc pas parfaite mais promet énormément!


    La totale.

    <IMG: Golden Axe advert 2p>

     

        Beaucoup plus de détails sur ces deux pages, bien que le bas soit légèrement tronqué (la bouteille de fortifiant en témoigne):

      * l'homme à la hache est enfin entier
      * un deuxième petit voleur apparaît sur la gauche

      * les captures d'écran sont bien mieux situées et de façon surprenante bien intégrées derrière le voleur!

     

    La promesse initiale est donc tenue et le dessin quasiment complet est exposé ici. Bravo!



    Concentration… Action!

    <IMG: Golden Axe amiga cover front>
    Jaquette Amiga (devant)

     


        Comme souvent, la jaquette de la boite micro fait un mélange entre le dessin complet et la publicité, en se concentrant sur les personnages principaux, sans bien sûr les captures. C'est une quintessence parfaite pour une couverture.



    <IMG: Golden Axe amiga cover back>
    Jaquette Amiga (derrière)

     


        L'image arrière est visiblement moins travaillée, bien que commise par le même illustrateur.



    Y !  M ! C ! A !
     

    <IMG: Golden Axe genesis cover eu> <IMG: Golden Axe genesis cover jp>
    Megadrive (eu) Megadrive (jp)
    <IMG: Golden Axe genesis cover us> <IMG: Golden Axe mastersystem cover>
    Genesis (us) Master System
    <IMG: Golden Axe dos cover>
    dos

     


        Et voila la galerie des horreurs! Pardon. Pour les publics moins exigeants.
    La jaquette console US reste à peu prêt correcte: bien qu'il s'agisse d’une exposition simple des trois personnages, avec une amazone crayonnée à la va-vite, on y trouve un brin d'expressivité, une emphase sur le barbare de service, le lézard et un dragon en fond.
    Le reste du marché console oscille entre un concours de bodybuilding flashy, très caractéristique de l'époque, figé, d'aspect plastique et une photo complètement occultée par une arme. Désespérant.

     

        Nous savons que l'appréciation de l'art est toujours subjective mais les capacités de dessinateur ne sont clairement pas au top pour Golden Axe sur console. Regardez par exemple la jaquette megadrive US et la jambe gauche de notre amazone: l'angle entre la cheville et le pied est juste impossible à tenir sans casser. Entrainez-vous au jeu des 7 erreurs :)




    Certains mangent du chien, d’autres des grenouilles…

        Il semble néanmoins que le public japonais en général soit réceptif à ces poses figées, plutôt qu'à une action. L'action étant souvent représentée à travers une interprétation plus mature, voir violente, ce type d'illustration ne trouve pas son public, généralement plus jeune, pour les consoles et ces poses sont alors utilisées.
    La tendance est donc de trouver pour le marché micro occidental (usa/eu) quelque chose de plus artistique, travaillé, scénarisé, adulte, dynamique, réaliste, que pour les autres marchés. On pourrait croire qu'il y a un jugement péjoratif ici. Si, si. Mais non en fait. Car un public plus jeune a besoin tout de même d'une exposition moindre à des visuels agressifs, violents ou noirs.

     

        On reprend donc notre question précédente: pourquoi la version micro montre les protagonistes en train de s'écharper alors que le jeu est en mode coopératif? La réponse se trouve dans la droite ligne de notre démonstration: le public micro occidental a besoin d'action, de mouvement, de mise en scène plus ou moins dramatique. Le respect de l'oeuvre est donc légèrement mis de coté pour se mettre au service du besoin artistique. Au passage, l'action en jeu étant omniprésente, il n'y a pas tricherie sur la marchandise, loin de là.

     

         Rien de péremptoire ici, il y a bien sûr foule d'exceptions, voir d'avis contraires tout à fait valables.



    Y !  M ! C ! A ! (refrain)

    <IMG: Golden Axe cosplay>

     


        On est ainsi plus proche pour ce type dessin d'un cosplay (costume playing) , activité si chère à nos camarades japonais.
    Et quand la réalité rattrape l'illustration, ça fait mal pour les deux :)




    Le dragon, c’est bon.

    <IMG: Golden Axe arcade>
    Publicité Arcade



    L'affiche de la version Arcade décide de mettre en avant deux points caractéristiques:
      * les capacités techniques de l'Arcade à travers les captures d’écran
      * et le goût des japonais pour tout ce qui touche aux dragons, qu'ils soient ou non vraiment présent dans le jeu lui-même.
    Plus fonctionnel et pratique pour les patrons de salle de jeux qu'autre chose.


    Le Maître est parmi nous.

        Notre artiste micro occidental propose ainsi un travail plein de puissance, de "power". Comment s'appelle-t-il déjà? Ah oui! Dermot Poweroff :) (ok, le jeu de mot est mauvais, mais on ne se refait pas).
    Le monsieur n'est pas un inconnu et nous avons déjà chroniqué une autre de ses productions: "Supremacy". Relisez cet article pour avoir plus de détails sur sa carrière, en attendant la courte biographique à venir.



    … (sans voix) …

    <IMG: Golden Axe artwork1>
    "Golden Axe - Beast Rider" - Artwork (@?)

    <IMG: Golden Axe artwork2>
    "Golden Axe - Beast Rider" - Artwork (@Marc Taro Holmes)

    <IMG: Golden Axe artwork3>
    "Golden Axe - Beast Rider" - Artwork (@Massive Black)

    <IMG: Golden Axe ps3>
    "Golden Axe - Beast Rider" - Jaquette PS3 (@?)



        En conclusion, il paraît ici juste d'essayer de gommer partiellement l'image "retro" portée par ce blog. L'apologie d'une époque révolue, très courte de surcroît, étant plus la marque d'une nostalgie outrancière et d'œillères phénoménales, il est temps de s'amender: oui, aujourd'hui aussi il y a des illustrateurs, des artworks, des couvertures de jeu, des artistes qui méritent le détour! La diffusion des techniques, la mondialisation du marché et des talents, la progression des outils à disposition, l'explosion de la demande, tout ceci concourt à produire aujourd'hui d’excellents résultats. Allez, faisons-nous plaisir avec ce que nous offre aujourd'hui l'opus next-gen de cette série: "Golden Axe - Beast Rider". Une des illustrations au moins est attribuable à Marc Taro Holmesoff, et une autre à Massive Blackoff. C'est à rester sans voix et montre sans ambigüité tout le chemin parcouru.



    Jeu: Golden Axe.
    Illustrateur: Dermot Poweroff (micro).
    Développeur: Sega.
    Editeur: Virgin.
    Plateformes: Amiga, Atari ST, DOS, Amstrad CPC, Arcade, WonderSwan, C64, PC-Engine, Master system, Megadrive/Genesis, ZX Spectrum.
    Date: 1991.
    Liens: [HOL] [Lemon]

    _______________________________
    Article associé:


    4 commentaires
  • Supremacy cover



    Que votre volonté soit faite.

        Supremacy: your will be done.
        On commence en fanfare avec une imparable connotation religieuse ("your will be done" = que votre volonté soit faite) et beaucoup de puissance ("supremacy").
    Au premier plan, un personnage droit, le point levé, surplombant une ville, au loin. Le point représente encore la puissance, la présence, l'affirmation. Le premier plan renforce l'importance du personnage. Comme il surplombe le panorama, l'imagine-t-on protecteur ou bien conquérant? Le drapeau planté à coté de lui donne la réponse: il conquiert d'abord, et protège ensuite sa propriété :)
    Comment ainsi ne pas se prendre pour Dieu ou son incarnation sur terre?
    Un Dieu de la guerre, sévère mais bienveillant.



    Overlord cover



        La version US change totalement de titre: Overlord. On aboutit pourtant sensiblement au même constat...
      Over => puissance
      Lord => Seigneur
    ...mais en allégeant tout de même la connotation religieuse au profit d'un appel aux armes et du souvenir respectueux du passé. Mais siiii... Overlord. L'opération Overlord, le débarquement de Normandie en 1944.
    La calligraphie du titre n'est pas quelconque mais pas non plus transcendante. C'est du technologique classique, du métal, du futuriste.



    Le beau dessin qui claque.

        L’illustration Américaine ne fait plus dans la dentelle: un point, fermé sur une terre en feu, traversée d'un éclair. Ca, c'est du seigneur de guerre sans scrupule et le message est on ne peut plus clair. Pour autant, l'illustration reste aussi classique que le titre mais si elle se positionne tout de même au-dessus du lot : il y a un illustrateur professionnel aux commandes. Lequel? Bonne question: on ne voit que la mystérieuse signature "STEIN" en bas à droite, sans autre indice nulle part.

     

        Là où on est plus enthousiaste, c'est sur l'illustration hors-US.
    Quelle claque! La palette graphique totalement violette-rouge, éclatante, ne peut pas laisser de marbre. Le passage du sombre au premier plan vers le soleil aveuglant au fond exacerbe le dégradé de couleurs. C'est un choc visuel. On aime ou on n’aime pas, là n'est pas tellement la question: en tout cas, on ne l'oublie pas!
    Pour un illustrateur, c'est un indéniable gage de réussite.
    Ensuite, vous ne l'aviez peut-être pas vraiment remarqué, en tout cas pas comme un point significatif, mais le personnage est de dos. Et oui! De dos. Curieux, non? C'est le plus souvent exactement le contraire qui est proposé. Mais dans ce cas, on s'identifie plus facilement à ce héro, en prenant sa place, étant nous aussi face à ce paysage, cette ville à conquérir.



    Supremacy cover nes



        Mention spéciale à la version Nintendo qui mixe titre US et illustration hors-US. Allez comprendre les joueurs sur console...



    C'est un comique, cet illustrateur.


    Supremacy cover back



        Au dos de la boite, les deux versions utilisent le même visuel, produit par l'illustrateur de la version hors-US. Connait-on le bonhomme? Penchez le nez en bas des illustrations...
    Power... Power 90. Mmmmmhh. Et le manuel, que dit-il? Aaaaaaahhhh !
    Notre illustrateur talentueux s'avère être Dermot Poweroff. Les illustrateurs n'étant pas souvent bien connu du grand public, je ne suis pas sûr que ce nom vous fasse tilt.
    Et pourtant, une rapide recherche déroule un curriculum vitae impressionnant, dont voici un très rapide aperçu:

      * Jeux vidéo: Golden Axe, Lure of the Temptress, Judge Dredd, Wonderland.
      * Comics: Judge Dredd, Slaine, Batman.
      * Films: Star Wars episode II, Harry Potter (2, 3, 4), V for Vendetta.
      * Autre: Magic The Gathering.

        Vous connaissez la musique si vous avez lu d'autres articles de ce blog, nous aborderons plus précisément la biographie du bonhomme dans un article dédié. On se sent donc moins seul avec notre enthousiasme, qui semble largement partagé.



    Publicité sans tache (sans laver plus blanc).
     

    Supremacy advert



        La publicité ne commet heureusement pas d'impair et réutilise quasiment intégralement l'illustration de la boite, parsemant le pourtour en bas de captures d’écran des différentes versions, avec une mention pour le développeur et une pour l'éditeur. C'est propre, informatif, discret, et laisse la part belle à ce qui va attirer le chaland. Aucun détail significatif n'est masqué et aucune couleur ne jure avec le dessin.
        Moi, j'achète.
        Et on aurait tort de se priver: les magazines d'époque encensent le jeu lui-même, le gameplay profond, stratégique, avec un challenge relevé, complexe et captivant.
    A nous de conquérir l'univers! Notre illustration est donc totalement et parfaitement adaptée à la situation et très certainement faite sur commande pour cet éditeur.



    Supremacy game 01 Supremacy game 02
    Supremacy game 03 Supremacy game 04



    Gâteau musical.

        Vous voulez une cerise sur le gâteau? Dégustez, ce n’est pas une cerise supermarché, mais d’épicerie fine. Citons wikipedia:

    "le thème principal composé par Jeroen Tel est reconnu comme l'une des meilleurs musique SID (Sound Interface Device, utilisé par le Commodore 64) jamais écrite, atteignant la 52ème place sur presque 30 000 entrées dans la collection "High Voltage SID""

        Les curieux peuvent noter 12 (!) jeux dans ce top 100 dont les musiques ont été commises par J. Tel: Cybernoid I, II, Robocop 3, Turbo Out Run, Eliminator, etc.



    Supremacy title 01 Supremacy title 02
    Ecran titre Amiga (Supremacy) Ecran titre Amiga (Overlord)
    Supremacy title 03
    Ecran titre (NES)



    Merci monsieur Virgin.

        La publicité nous a attiré vers une boite de jeu superbe et alléchante et le résultat est au rendez-vous. L'éditeur, Virgin Mastertronic, a tenu toutes ces promesses sur ce coup là ! Champagne !



    Jeu: Supremacy (non-US) / Overlord (US).
    Illustration: Dermot Poweroff (non-US) / "STEIN" (US).
    Développeur: Probe Software.
    Editeur:
      (non-US) Melbourne House, label de Virgin Mastertronic.
      (US) Virgin Mastertronic.
    Date: 1990, 1991 (DOS), 1993 (NES).
    Plateformes: Amiga, Atari ST, C64, DOS, NES.
    Liens: [HOL][Lemon]
    _______________________________
    Article associé:


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique